Inutile

Trio pour un musicien, une voix & un danseur :

Dans nos sociétés contemporaines, le sentiment d’inutilité est l’une des frustrations que l’on donne le moins à observer. Il est pourtant loin d’être rare et peut-être va s’accroissant. L’on suppose que l’agora sait en éclipser l’étude, du fait de la priorité accordée à l’exposition des activités motrices majoritaires. Or, dans ces systèmes sensés entraîner dans leur sillage les potentiels de toute une société, que ressentent, que pensent ceux qui ne trouvent pas ou plus la possibilité d’être force participante de ce cercle ?

EXTRAIT – impro filmée #1

Posons qu’un être, individu lambda qui, initialement, se pensait inaliénable à la communauté, au cercle qui, en quelque sorte, l’a aidé à s’ériger dans son sein, du jour au lendemain, pour une raison ou une autre, se trouve repoussé à sa périphérie. Prenons, par exemple, pour prétexte à son éloignement la cause d’une perte d’emploi. Explorons le champ de sa réaction : va-t-il d’abord se sentir rejeté, ou se remettre en question ? Va-t-il penser les nouvelles conditions de sa réinscription sociale ou céder à la fatalité ?

EXTRAIT- impro filmée #2

Et puis, poussons cette mise à l’écart pour la durée de plusieurs mois, et même plusieurs années, jusqu’à ce que celle-ci se dessine en un inaltérable quotidien. Comment se dessinent les méandres de cette sorte d’exil ? « L’exilé » se referme-t-il sur lui-même ? légitimant ce repli par un sentiment d’exclusion ? ou cherche-t-il à explorer d’autres domaines, différents maintiens de lui-même ? Mettons que l’addiction à toutes sortes de drogues ou d’occupations, son intérêt pour d’autres sortes d’idéologies communautaires pouvant l’accueillir viennent à interférer : Veut-il toujours agir, faire partie intégrante du même groupe originel ? Veut-il toujours édifier la preuve de sa capacité à être actif ? ou cédant à la fatalité, entre t-il dans un état avancé de dépression, de vieillissement ? refermant sur lui le constat d’une inaptitude générale, donc d’une inutilité. Et puis aussi : où et comment l’ennui vient-il peser désormais sur cette existence ?

EXTRAIT – impro filmée #3

Admettons que notre société, telle qu’elle fonctionne en ce moment, ne sache pas offrir à tous ceux qui y circulent de l’activité pour y vivre décemment ; en réponse par le texte, la musique et la danse, trois individus aux aptitudes diverses vont se rallier pour créer un groupe, une énergie commune, une hypothétique évolution afin de rendre à nouveau audible et visible ceux-là que le cercle, dans son accroissement, a repoussé dans ses confins les plus nocturnes.